PAS SI DIFFERENT

VOIR LA DIFFÉRENCE DIFFÉREMMENT - mot de la photographe

Il y a quelques mois, j’ai décidé de me joindre à la compagnie @pas.sidifferent parce que cette cause me tient à cœur. très jeune, j’ai su apprendre que la différence, c’était beau. aussi banal que ça peut paraître, ma rousseur m’a beaucoup apprise sur la vie. petite, j’en n’ai mangé des coups. j’étais rousse. carotte. orange. j’étais différente des autres. une fois que l’on accepte nos différences en comprenant que nous sommes tous différents, que ce soit par certains attraits physiques, un certain syndrome... peu importe. c’est nous, en tant qu’être humain. c’est ce qui nous rend si spécial. c’est dommage que plusieurs d’entre-nous ne comprennent pas ça. par manque de maturité ou d’ouverture d’esprit, ils se sentent obligés de juger les différences, dans l’espoir de se remonter ou de se comparer. je ne serais possiblement pas la même si je n’avais pas été rousse, c’est bien vrai. maintenant, je peux dire que je me trouve belle différente. j’ai être moi, telle que je suis. un de mes souhait serait que j’arrive à passer le mot à mes enfants. si seulement tous ensembles pour pourrions faire avancer la société et dénoncer qu’en réalité, nous ne sommes @pas.sidifferent 🌿✨

01 / 78

Joannie est une maman de 35 ans attente d’un syndrome génétique très rare, celui de Treacher Collins. Outre son diagnostic, j’ai rencontré une femme merveilleuse, très forte et aimante. Une femme qui a reçue comme mission aux yeux du ciel de démontrer à quel point la différence est belle et enrichissante. Plus jeune, elle a longtemps pensé qu’elle n’aurait jamais d'enfants puisqu’elle refusait de transmettre ses gênes « défectueux ». Tranquillement, elle et son copain se sont mis à caresser le rêve de devenir parents. Ils ont donc décidé à deux de plonger tête première dans ce merveilleux projet et de faire confiance à la vie. Depuis bientôt 16 mois, petite Léa-Rose fait parfait de leur vie. Une petite fille, curieuse, intelligente et aimante et elle aussi, différente, du moins aux yeux de la société moderne. Cette petite fleur a beaucoup à nous apprendre. Avoir un enfant a besoin particulier est à la fois effrayant et une chance unique. Celle de la voir s'épanouir, d'apprécier chaque petite victoire et de vivre le moment présent. Un certain syndrome ne devrait pas définir un être humain. En s’impliquant sur les réseaux sociaux et dans son quotidien, Joannie souhaite démystifier et normaliser les différences aux yeux du grand public. Nous avons tous une histoire à raconter, et vous, quelle est la vôtre?

Elle s'appelle Karine. Dans les dernières années, la vie lui a fait plusieurs surprises. Elle a trois beaux garçons entre 2 ans et demi et 7 ans et demi. Typique n’est pas un mot qu’elle peut vraiment utiliser pour désigner sa famille. En 2014, quand notre deuxième fils est né, Karine a été confrontée à une de ses plus grandes peurs: avoir un enfant avec un handicap. Son coco est né avec un chromosome 21. Assez tristement, a ce moment, elle ne se sentait pas assez forte pour être sa maman. En l'apprivoisant à coup de câlins et de sourires et son fils lui a permis de voir la trisomie 21 avec un tout nouveau regard. Alors qu'elle apprenait tranquillement à devenir la maman d’un enfant différent, ils se sont questionnés au sujet de leur aîné: il ne semblait pas cadrer pas dans le moule. Elle ressentait qu'il y avait peut-être une différence, lui aussi. Il vit avec un haut potentiel intellectuel, tout va trop vite dans son cerveau, tant les apprentissages que les émotions. Mini, quant à lui, est un bébé intense. Il a beaucoup de sensibilité. Il se démarque énormément de ses frères. Ils ne savent pas encore s’il est neurotypique, mais il est très clairement différent lui aussi a sa manière. Karine se questionne de plus en plus sur la place qu’on fait à la différence et ce qu’on pourrait faire pour sensibiliser d’avantage à la beauté apportée par toutes les couleurs portées par les gens « atypiques ». @atypiquementparfaite

L'histoire de Méli-Rose. Cette petite boule d'amour qui a un chromosome de plus. Elle est porteuse de la trisomie 21. Sa maman, Karine est tombée enceinte de sa fille à 35 ans, l'âge critique selon les statistiques. Suite aux résultats du test Harmony, elle était dévastée. Il y avait un risque sur 10 que son enfant soit porteur de la trisomie 21. Elle en voulait à la terre entière. Elle a été référée à Sainte-Justine en génétique pour obtenir plus d'information et procéder au test de l'amniocentèse. La première option que la génétique lui a proposé était de mettre un terme a sa grossesse. Brisée en mille morceaux, elle est sortie de là brisée, anéantie. Après être retombée pied sur terre, Karine est venue a une conclusion: Méli-Rose l'avait choisie elle, comme MAMAN. Elle se devait de lui donner la vie, il était impossible d'intérompre la grossesse. Elle avait le droit de vivre autant que n'importe qui. Maintenant maman depuis près de 20 mois, Karine donne tout pour sa belle Méli-Rose, tout son amour, son temps et son âme. Apprenez à connaître ces gens, ces humains, soit disant différents, ils changeront votre vie et votre perception de celle-ci en vous montrant ce qu'est l'amour pur.



JOANNIE, fondatrice du mouvement

Compagnie @pas.sidifferent

Depuis longtemps, Joannie rêvait d'ouvrir un café parents/enfants offrant des services et activités pour ceux et celles avec des besoins particuliers. Elle a donc commencer à vendre une image de marque qui sensibilise la différence humaine en ayant espoir de créer un mouvement et amasser des sous. Pas si différent a pour mission de faire comprendre que l'humain en soi n'est pas si différent, partageons le message et portons le fièrement avec @passidifferent

Visitez son site web